#

UNE SUITE ROBOTISÉE INÉDITE POUR DES CHIRURGIES À HAUT RISQUE

Ici, le Dr Rogatien Faguer, neurochirurgien, opère à l’aide du bras robotisé Cirq®.

Le CHU vient de se doter d’une suite chirurgicale robotisée de pointe. Notre établissement a été le premier en Europe à s’équiper d’une installation aussi complète, allant de la préparation de l’intervention au bras robotisé accompagnant le geste chirurgical.

Mutualisée avec les orthopédistes, la suite Brainlab offre de nouvelles perspectives en matière de neurochirurgie adulte et pédiatrique avec pour le patient de nombreux bénéfices per et postopératoires. Par cette acquisition, le CHU renforce l’attractivité de son plateau technique.

Robot d’imagerie mobile Loop-X™

Il permet l’acquisition d’images en 2D et 3D durant l’intervention chirurgicale, la visualisation de l’anatomie du patient et le contrôle en direct du geste chirurgical. Mobile et piloté depuis une tablette, l’anneau robotisé se place selon la position définie par le chirurgien.

Système de navigation Curve®

Comparable à un GPS chirurgical au coeur du corps humain, il est connecté au robot d’imagerie Loop-X™. Il permet au praticien de visualiser en temps réel la position exacte de ses instruments chirurgicaux sur les images fournies durant l’opération.

Bras robotisé actif Cirq®

Premier du genre en Europe, ce bras robotisé prolonge la main du chirurgien pour garantir stabilité et précision du geste opératoire. Le module robotisé à l’extrémité de ce bras maintient et guide les instruments chirurgicaux.

 

Pour des chirurgies à haut risque

Cet équipement offre des conditions de sécurité optimale pour des chirurgies à haut risque de complications graves : pathologies touchant la colonne vertébrale et nécessitant la pose de vis et de cages d’arthrodèses (fractures), des chirurgies du rachis (tumeurs, malformations, rachis dégénératif), biopsies cérébrales, résections de lésions osseuses à la base du crâne…

 

 

Cette suite chirurgicale robotisée profitera également à moyen terme aux patients pris en charge en orthopédie, pour des traumatismes très complexes du bassin par exemple, survenant dans la plupart des cas lors d’accident de la voie publique. « Des accidents graves pour lesquels nous sommes amenés à poser vis ou plaque. Une pose complexe au regard des artères et des nerfs à éviter qui sera facilitée par la navigation et le guidage proposé par cet équipement », précise le Dr Vincent Steiger, chirurgien au sein du service de Chirurgie osseuse adulte.

 

De nouvelles perspectives pour la prise en charge des enfants épileptiques

En dehors de la prise en charge des patients adultes, cette suite robotisée est adaptée aux  enfants. « Elle va permettre de faire évoluer les prises en charge proposées aux jeunes patients souffrant de scolioses et de malformations de la colonne vertébrale – notamment de la jonction cranio-cervicale », explique le Dr Matthieu Delion, neurochirurgien pédiatrique. « Des chirurgies complexes et à haut risque peuvent alors être envisagées. La précision de la navigation rachidienne proposée par cet équipement est un gage supplémentaire en matière de sécurité opératoire.»

Le bras robotisé va également permettre de réaliser des biopsies profondes dans le tronc cérébral et les noyaux gris centraux chez l’enfant. Des biopsies très risquées mais indispensables pour réaliser le diagnostic de tumeurs cérébrales non extirpables. Cette suite robotisée pourrait également offrir de nouvelles perspectives en neuropédiatrie et neurochirurgie pédiatrique en permettant la réalisation d’enregistrements profonds des foyers épileptiques. Le CHU pourra dès lors proposer une prise en charge chirurgicale complète aux enfants souffrant d’épilepsie.

 

Un équipement au service de la recherche

Si la suite chirurgicale Loop-X™ – Curve® – Cirq présente de nombreux bénéfices pour les patients et les hospitaliers, elle sert également la recherche médicale.

Le projet REPAR – porté au CHU par le Pr Philippe Menei,chef du service de Neurochirurgie  , le Pr Mickaël Dinomais, chef du service de Médecine et rééducation fonctionnelle par le Dr Claudia Montero-Menei de l’unité Inserm CRCINA d’Angers soutenu par Angers Loire Métropole et Inserm Transfert – pourrait à terme bénéficier de l’avancée technologique proposée par cet équipement, en permettant la greffe de cellules souches chez l’enfant paralysé cérébral.

Découvrez en vidéo cette suite robotisée chirurgicale sur la chaîne du CHU

3 questions au Dr Rogation Faguer, neurochirugien

En quoi cette suite chirurgicale est un espoir pour les patients fragiles ?

« Pour certains malades, on se demande si le bénéfice est en faveur d’une intervention comparativement aux risques. Ce type de matériel qui permet de gagner en sécurité et en précision ouvre de nouvelles perspectives opératoires pour ces patients fragiles, qui étaient souvent inopérables auparavant. »

 

De nouvelles perspectives opératoires avec en sus une moindre exposition aux rayonnements…

« Oui, les contrôles par imagerie réalisés en direct, au bloc, garantissent la justesse de l’acte opératoire. La première acquisition est réalisée au début de l’intervention pour « cartographier » le patient, l’autre à la fin de la chirurgie pour vérifier le succès de l’opération. Cette moindre exposition est valable aussi pour l’équipe soignante puisque la tablette sans fil du Loop-X™ permet d’éviter toute exposition aux rayons X lors de l’acquisition des images 2D et 3D. Ces vérifications permettent de se passer des contrôles habituellement réalisés en post-opératoire, limitant une nouvelle fois les rayonnements pour les patients et les soignants mobilisés. »

C’est également un gage d’attractivité pour l’établissement et l’équipe paramédicale ?

« Cette suite robotisée innovante est un levier technologique attractif pour l’établissement et les Infirmiers de bloc opératoire (IBODE ). Ces derniers ont pu élargir leur champ de compétences. L’équipe paramédicale a, en effet, bénéficié d’une formation théorique et pratique pour appréhender cet équipement. Elle complète celle reçue par les chirurgiens, illustrant la pluridisciplinarité de la prise en charge. »

PARTAGER

|

|