#105

Booster les chances de grossesse avec l’Embryoscope+

L'embryoscope+ est installé au sein du laboratoire de biologie de la reproduction à la maternité.

Le CHU d’Angers offre, depuis de nombreuses années, la possibilité aux couples souffrant d’infertilité de recourir aux différentes techniques d’Assistance Médicale à la Procréation. L’Embryoscope +, équipement récemment acquis, a pour but d’optimiser les chances de grossesse pour chaque tentative de Fécondation in vitro (FIV).

Depuis janvier 2020, le CHU d’Angers a rejoint le clan très fermé des établissements dotés d’un Embryoscope +. Ils ne sont en effet qu’une dizaine, en France, à disposer de ce petit bijou de technologie, permettant de répondre de manière optimale à la demande de prise en charge des 10 % de couples en âge de procréer consultant pour infertilité.

Des taux de grossesse modestes

La fécondation in vitro s’est développée en France dans les années 80. Son principe est de réaliser la rencontre des gamètes (spermatozoïdes et ovocytes) in vitro afin d’obtenir des embryons qui seront replacés dans l’utérus maternel après 2 à 5 jours de culture.

Cependant, malgré les différentes avancées techniques ces dernières années, les taux de grossesses restent relativement modestes avec un taux d’environ 25 % par tentative (données nationales). En outre, afin d’améliorer ces résultats plusieurs embryons sont parfois replacés dans l’utérus maternel (maximum 2) avec pour conséquences des risques de grossesse gémellaires.

Qualité embryonnaire et sélection facilitée

L’Embryoscope+ permet d’apporter une solution à ces dilemmes. Cet incubateur embryonnaire vidéo-numérisé de dernière génération permet en effet d’améliorer la qualité embryonnaire grâce à des conditions de culture strictement optimisées et permet de sélectionner un seul embryon présentant les critères de développement les plus prometteurs quant à son implantation et à l’obtention d’une grossesse.

De meilleures conditions de culture

La culture embryonnaire est une phase décisive de la FIV. Elle nécessite un environnement proche de celui de l’utérus maternel et impose des conditions rigoureusement contrôlées et stables (pH et température).

Dans une culture classique, les embryons doivent être sortis quotidiennement des incubateurs pour être observés au microscope. Cet acte répété peut avoir une incidence sur leur développement et leur survie. Dotés d’une caméra et d’un microscope interne, les systèmes Time Lapse, comme l’Embryoscope + du CHU d’Angers, permettent d’éviter ces manipulations tout en permettant une observation continue des embryons.

Une sélection plus précise

Ces systèmes permettent également d’affiner les critères de sélection embryonnaire. L’analyse par la machine des différentes images acquises au cours du développement embryonnaire permet de préciser les caractéristiques morpho-cinétiques de chaque embryon et donc d’établir un score de viabilité corrélé à leur chance d’implantation. Il facilite le classement des embryons selon leurs chances de conduire à une grossesse évolutive.

L’amélioration de cette sélection a pour but de ne replacer dans l’utérus maternel qu’un seul embryon, c’est-à-dire éviter les grossesses gémellaires tout en améliorant les chances de grossesse, mais aussi en réduisant les risques de fausse couche.

Ce dispositif est accessible au CHU depuis janvier 2020.

En bref...

Les petits plus de l’Embryoscope +

  • Augmentation de la capacité d’incubation simultanée (16 embryons par patientes pour 15 patientes ; contre 12 embryons par patiente pour 6 patientes avec la 1re génération d’appareil)
  • Contrôle de la température, du taux de CO2 et d’O2 pour un environnement idéalement stable
  • Captation d’une image de chaque embryon toutes les 10 mn, sans devoir ouvrir l’incubateur
  • Analyse du développement et classement des embryons selon leur viabilité par l’attribution d’un score
  • Prix de l’équipement : 180 000 €
  • Les patients bénéficient du même niveau de remboursement que lors d’une FIV sans Embryoscope+

PARTAGER

|

|